Librairie Spirituelle
LA FLAMME DIVINE
Visualisation
     
Nouveauté
 
Newsletter
 
PRIERES
 
MEDITATION
  AFFIRMATIONS  
ENSEIGNEMENTS
Liste des Produits
  .  
 

Jean-Michel a été incinéré ce

jeudi 13 Février 2020

Ji Aime Ji

 

Discours d'adieu lors de la cérémonie :

Message de Razi, ton compagnon depuis plus de 30 ans.

Oh Jean-Michel, mon Amour, mon Ange, puisque c’est ainsi que nous nous appelions, te voilà dans la dimension angélique depuis quelques jours.

Nous n’avons pas eu la chance de partager une vie de retraité hélas, la Vie ne nous a pas accordé ce cadeau, quel dommage.

Dans notre vie de labeur d’artisans de La Lumière, nous avons connu beaucoup de hauts et de bas alors je te remercie infiniment de m’avoir accompagné et soutenu dans ce merveilleux parcours dans une librairie spirituelle que tu as si divinement agencé ; quelle originale mission nous avons vécu ensemble dans cette vie !

Un long discours ne servirait plus à grand-chose, tu as été le moteur de ma vie, tu m’as quitté trop vite, je ne vivais que parce que tu étais toujours présent dans ma vie, mon lendemain n’aura plus la même saveur, sans toi.

L’ange de la mort est passé pour toi mais tu restes pour toujours dans mon cœur. Je sais que tu m’entends de là où tu es, mon amour pour toi restera toujours vivant, il me sera impossible de t’oublier.

Je te rends grâce pour tout ce que tu m’as apporté dans cette vie, tu as tout fait pour que je prenne le Chemin des Valeurs Eternelles et je te transmets les prières de toutes ces personnes que tu as servi au magasin et à qui tu as apporté réconfort et soutien, ils ne t’ont jamais oublié même si tu ne voulais plus en entendre parler, ta priorité était davantage centrée sur ta santé, nous le comprenons tous.

Si tu dois reprendre une autre vie en incarnation, ici ou ailleurs, je souhaite que tu aies plus de bonheur que ce que j’ai pu t’apporter cette fois-ci.

Que la Paix et la Lumière t’accompagnent dans ta nouvelle dimension où la souffrance physique n’existe plus.

Je t’aime, mon Ange.

A Dieu !

 

 

Pourquoi es-tu parti si vite ? Tu me manques énormément ...

 

 

 

 
 
 
  .  
  .  
  .